Les grands projets d’infrastructure dans le sud de la France

L’année 2022 a vu l’ouverture et la finalisation des grands projets d’infrastructure dans le sud de la France. Ce qui s’est démarqué cette fois-ci, c’est la rénovation des patrimoines existants et la préservation du foncier. Dans les paragraphes ci-après, découvrez les sites les plus emblématiques au sud de la France.

La cité internationale de la gastronomie de Dijon

une villeL’État et les collectivités locales ont déjà voulu mettre en place la cité gastronomique lyonnaise en 2020, mais ce fut un échec. Moins d’un an après ce fiasco, ce sera la cité internationale de la gastronomie et du vin de Dijon qui verra enfin le jour. Mais celles des Tours et de Rungis ne sont pas en reste. Ces deux autres cités gastronomiques sélectionnées en 2013 par le ministère de la culture sont toujours en lice.

A lire aussi : Top 5 des villes les plus agréables à vivre en Occitanie

C’était en printemps 2022 que l’inauguration de ce projet à Dijon s’est tenue. Les festivités ont eu lieu à l’ancien Hôtel-Dieu. La cité a pour but de recevoir au moins 1 million de visiteurs par an.

La pandémie de 2020 et les recours déposés par l’opposition municipale ont contribué à retarder les travaux. Mais heureusement, l’infrastructure est finalement au point. Maintenant située au cœur d’un nouveau quartier de 6,5 hectares, la cité internationale de la gastronomie de Dijon expose et raconte désormais l’histoire des repas gastronomiques des Français et du climat des vignobles de Bourgogne. Sur place, vous pouvez voir des expositions, déguster des vins de la cave de la cité, apprendre des recettes ou suivre des formations.

A lire aussi : Quelle est la meilleure entreprise de BTP dans le sud de la France par ville ?

Des cottages de Center parcs en Lot-et-Garonne

une maisonCe projet, plus petit que les autres sites et plus vert, s’étend sur 85 hectares et comporte 400 cottages. Il promet 300 emplois et était au début accueilli chaleureusement par les collectivités locales. Hélas, celles-ci se sont vite retournées contre les meneurs du projet en déposant des oppositions environnementales.

Le groupe a alors confié une étude d’impact sur la faune et la flore à une association écologiste locale nommée Sepanlog. Il a aussi accepté de revoir le projet dans le but de protéger la zone où sera implanté le site.

C’est ainsi que le domaine a vu le jour. Un espace de 7000 m2 composé de jardins potagers y est même accessible à tous, et dédié à l’apprentissage de l’apiculture et de la permaculture pour ceux qui sont intéressés.

Dans chaque logement, l’isolation et la ventilation naturelle ont été privilégiées. Puis, chaque résident est incité à trier ses déchets et invité à produire du compost. L’utilisation et l’évacuation de l’eau, ainsi que les aspects énergétiques sont également suivis de près par l’association Sepanlog.

To-Lyon, la dernière construction avant longtemps

une grande ville

Ce projet de 600 millions d’euros était à l’origine constitué de deux tours, d’où son nom To-Lyon (Two-Lyon). Mais les immeubles de grande hauteur ne sont pas vraiment populaires auprès des écologistes. C’est peut-être pour cela que cette construction sera la dernière avant longtemps.

Cette infrastructure a nécessité le plus grand chantier. Elle atteint les 170 mètres, un record lyonnais. Les travaux ne sont pas encore finis. Ils aboutiront probablement en fin 2023 ou en 2024. Il y a encore tant de choses à faire pour rendre à cette tour son aspect final. D’ailleurs, sa conception est coordonnée avec l’agrandissement de la gare Part-Dieu qui se trouve à ses pieds.